lenferdejeanparapluie

lenferdejeanparapluie

Faire L'amour

« Faire l'amour », cette expression semble limitée à la coucherie, le plan cul, comme on a tendance à dire plutôt maintenant, au point que « faire l'amour » semble un peu désuet, un peu vieille pudeur à la papa. En tout cas, elle désignerait une sorte de relation purement sexuelle dans laquelle l'amour, justement, serait absent. La « conclusion » de Michel Blanc dans les Bronzés. Alors, le mot « amour » n'y est-il que comme alibi à un acte qui n'aurait rien à voir avec le sentiment qu'il désigne ?

Pour ma part, il m'est arrivé quelque fois d'avoir des relations brèves, sans amour, au sens où cela impliquerait un projet commun, quel qu'en soit le contenu. Les plus dénuées d'amour sont celles avec des prostituées, et je suis allé deux fois avec des prostituées. Au départ, des filles qui n'en avaient pas trop l'air, mais qui se sont laissées aborder facilement dans la rue, et m'ont vite fait comprendre que mon portefeuille les intéressait. La première fois, j'ai éprouvé une sorte de fierté virile à ce qu'une femme se soumette à mon envie capricieuse pour de l'argent, comme si je jouais pour la première fois le rôle d'un « mâle » tel que la société le comprend. Arrivés dans la chambre, elle s'est déshabillée, s'est couchée et m'a attendu. Comme je ne bandais pas du tout, elle s'est mise à caresser et à agiter ma queue dans tous les sens que la géométrie permet. Elle s'est lassée, moi aussi, je lui ai donné un billet et on a quitté la chambre. On n'avait rien fait du tout, ni l'amour, ni quoi que ce soit d'autre que s'ennuyer.

La seconde fois, j'ai fait des efforts pour amuser la fille, un peu par politesse. Elle a fait semblant d'apprécier, et nous sommes sortis ensemble, elle s'intéressait à ma carte bleue. Je m'en suis débarrassé non sans mal. On n'avait pas fait grand chose, pas l'amour, en tout cas et moi je m'étais fait avoir.

J'ai eu d'autres aventures brèves, non payantes, celles-là. Mais je crois que chaque fois, nous avons fait l'amour, au sens propre. Faire l'amour, c'est-à-dire chercher dans l'autre ce qu'il(elle) a d'aimable, l'explorer, le découvrir, le mettre en valeur, l'aimer. En caressant une femme, on découvre sa beauté, ses points sensibles, sa timidité, son obscénité. Les épidermes qui se frottent l'un à l'autre produisent de la chaleur, font trembler le cœur et courir l'esprit, ils font de l'amour en faisant l'amour.



15/06/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres